La Journée Mondiale des Zones Humides

Le mois de février est la période privilégiée pour sensibiliser le plus grand nombre à l’intérêt majeur de préserver les zones humides. L’édition 2021 de la JMZH (Journée Mondiale des Zones Humides) se déroule du 2 au 28 février. Elle offre l’occasion de mettre en valeur ce patrimoine naturel très riche, mais encore méconnu, au travers d’évènements.

La mangrove de Saint Louis de Marie Galante, le marais de Port Louis, l’étang Mitan de Deshaies, le littoral de Saint Felix Gosier, ou la plage de l’Etang à Vieux Habitants sont tous pourvus de zones humides, si proches des habitants, mais si peu apprivoisées. Voilà près de 40 ans maintenant que la France s’est engagée à préserver ces milieux dans le cadre de la convention internationale de RAMSAR.

Les zones humides se définissent comme « des lieux où l’eau est le principal facteur qui contrôle le milieu naturel ainsi que la vie qui s’y développe ». Elles se forment à la surface des sols, là où les nappes d’eau souterraines ou superficielles ont tendance à stagner. Elles ont des fonctions biologiques, car il s’y développe des écosystèmes foisonnant entre espèces animales et végétales. Cela peut être des lieux de nidification quelques fois sous haute protection, mais qui peuvent faire l’objet d’observation, de contemplation ou d’admiration.

On a tendance à oublier que les zones humides sont aussi des espaces de régulation, car elles rendent naturellement service à notre société en la protégeant des risques naturels comme l’érosion des côtes. La mangrove fait fonction de rempart contre la houle venant du large. C’est aussi souvent un brise vent évitant la dégradation de nombreux biens.

Bien apprécié pour ses espaces de détente, les zones humides subissent encore trop fréquemment différentes pressions occasionnées par l’activité humaine. En effet, le remblaiement et l’abandon de déchets sont deux menaces qui pèsent sur ces milieux. Plusieurs villes et communes ont su les valoriser et les intégrer au cadre de vie pour éviter les dépôts sauvages et les autres types de nuisances.

Véritable attrait touristique spécifique à nos régions, les zones humides attirent l’œil par leurs diversités, suscitent intérêt ou méfiance, interrogent sur leurs richesses culturelles et paysagères. C’est en ce sens que l’Office de l’Eau a lancé un Appel à Projet en fin d’année 2020 pour favoriser les initiatives visant à sensibiliser le grand public à leur préservation. Trois projets portant sur une animation autour d’une zone humide au Moule, la réalisation d’une fresque murale par des élèves du primaire et une éco-balade à Sainte Anne, seront financés pour cette occasion. Les associations ACAGE, RENZILYANS971 et le PRZHT, sont les trois lauréats de cette opération. Globalement, sur le mois de février l’Office de l’Eau aura favorisé 8 animations préservant des zones humides, par la mobilisation de ses différents spécialistes des milieux aquatiques, par le subventionnement de projets visant à valoriser ce patrimoine si particulier et par les partenariats tissés autour des acteurs concourant à la préservation des milieux aquatiques.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter

NEWSLETTERS : L'ACTUALITÉ DE L'EAU EN GUADELOUPE AVEC OD'ÎLES

INSCRIPTION NEWSLETTER

Rejoignez la Newsletter Od'Iles, toute l'actualité de l'Eau en Guadeloupe.

INFOS PRATIQUES

PUBLICATIONS